Paroles de sorcière, Odile Chabrillac : " En magie, la vibration des mots est fondamentale. "

Dernière mise à jour : avr. 5


Odile Chabrillac est psychothérapeute, journaliste, naturopathe, activiste mais surtout sorcière.

Elle a publié, entre autres, Âme de sorcière ou La magie du féminin.

Nous lui avons posé nos questions sur son rapport à sa spiritualité et à la nature.



Conforme Magazine :

Vous êtes autrice des livres '"Âme de sorcière" et "Sortir des bois". Pouvez-vous nous expliquer en quoi la sorcière est-elle un symbole de subversion et de révolte féministe ?


Odile Chabrillac :

Il y a dans l’archétype de la sorcière l’idée qu’elle est une femme libre. En tous cas, non- conforme. Or la société a toujours cherché à contraindre les femmes, à les ramener dans le « droit chemin », en tous cas dans la voie qui n’est pas celle de leur choix, mais celle où elles semblent le plus utiles socialement. Ce qui explique que l’on ait fait de la sorcière, une personne laide et méchante, car il fallait en faire un « repoussoir », montrer à tout le monde que la liberté ne peut pas, ne doit pas être aspirationnelle ! Photo : Darius Salimi pour Conforme magazine

Styling : ensemble : Vesqmojo



Je pense que la sorcière est subversive par nature, c’est à dire qu’elle ne se préoccupe pas de penser dans le cadre, ni de ce que pense les autres... Cela explique que l’image de la sorcière ait depuis la fin du 19ème siècle attire les femmes qui refusaient de rentrer dans les cases.



Conforme Magazine : Ressentez-vous de l'éco anxiété ? Avez-vous un remède ?


Odile Chabrillac : Parfois oui, parfois non. Je n’ai pas de remède, mais j’ai la croyance que ce que l’on vit est parfait pour nous. Que l’on doit juste faire du mieux possible avec ce qui est, et danser la vie. Après, on sait que face à l’écoanxiété, la seule manière de la gérer, c’est l’action : s’engager, rejoindre des associations, coopérer. Essayer d’être une partie de la solution et non du problème...




Conforme Magazine :

La spiritualité est-elle une manière de nous éloigner du consumérisme ?


Odile Chabrillac : Oui, je pense que c’est le cas, mais elle n’est pas là pour ça. Le consumérisme est destiné à combler nos peurs, nos frustrations, nos vides intérieurs. La spiritualité, en nous connectant à d’autres dimensions, fait que l’on a moins besoin de la consolation de la consommation...









Photo : Darius Salimi pour Conforme magazine

Styling : Body : Popline Fichot




Conforme Magazine :

Pourquoi « reclaim » (se réclamer, se réapproprier) la nature lorsque l’on est féministe ?


Odile Chabrillac :

Parce que la nature et les femmes ont subi des destins parallèles dans notre société patriarcale. Mais aussi parce que la nature me semble le lieu par excellence de notre ressourcement, de nos retrouvailles (avec nous-même déjà)...



Conforme Magazine :

Selon Starhawk, le langage distribue le pouvoir. « sorcière », « magie » Starhawk utilise ces mots car ils irritent notre habitude de soumission au langage de la mise à distance. Qu’en pensez-vous ?


Odile Chabrillac : Je suis 100% (qui serais-je pour ne pas être d’accord avec Starhawk ?!). Je pense qu’il faut appeler un chat un chat et une sorcière une sorcière. Les mots sont des actes de résistance. En magie, la vibration des mots est fondamentale. Je n’ai pas de problème avec l’idée de déranger l’autre...






Photo : Darius Salimi pour Conforme magazine

Styling : manteau : vintage vinted / mules : The disco closet




Conforme Magazine :

Quel lien existe-t-il entre notre pouvoir intérieur et la nature ?


Odile Chabrillac :

Je ne sais pas... Je pense juste qu’en se déconnectant à la nature, on est moins dans le tourbillon de la vie et que l’on peut sentir palpiter notre pouvoir, en résonance avec sa puissance.



Conforme Magazine : Selon Starhawk, la magie c’est : modifié un état de conscience, un état de conscience collectif grâce au pouvoir de la visualisation collective. Qu’en pensez-vous ?


Odile Chabrillac :

Oui, j’aime cette idée. De créer un nouvel hologramme, de le proposer et de tous ensemble l’adopter. Et plus on y croie, plus on le crée. Jusqu’à ce qu’il devienne notre nouvelle réalité.







Photo : Darius Salimi pour Conforme magazine

Styling : top : Phénomène Rare



Conforme Magazine : La magie est-elle politique?


Odile Chabrillac : Elle peut l’être, elle ne l’est pas systématiquement. C’est un choix. La magie peut être ombre, elle peut être lumière. Elle peut être domestique et elle peut être politique. La mienne s’inscrit dans le collectif. Elle est donc politique par nature...



Conforme Magazine : Selon Émilie Hache, en écologie, il faut produire de nouveaux imaginaires et ainsi modifier le récit dominant actuel dans lequel on y dessine un monde aux ressources infinies.

Quel serait votre récit ?


Odile Chabrillac : J’ai la croyance profonde que la lumière l’emportera, que nous vivons les derniers sursauts d’un monde appelé à se transformer. Que la conscience va grandissant et que l’amour, le lien aux autres, la beauté, les créations, la magie nous apparaîtront de plus en plus évident.



Propos récoltés par Conforme Magazine



Crédits Photo :

Photographie : Darius Salimi

Direction artistique et stylisme : Rachel Agarici

Make-up and Hair : Emrick Rongier

Modèle : Amanda Prugnaud